FRANCE ALLEMAGNE USA - IRAK 2003/1_3
Accueil
Europe
Pesc-Défense
Droit
Economie
Culture

FRANCE ALLEMAGNE USA - IRAK 2003/1_3
• Dossier : le tandem franco-allemand et- la crise en Irak/1_3









S Y N T H E S E

LE TANDEM FRANCO-ALLEMAND FACE AU CONFLIT EN IRAK


- Fondement de la position franco-allemandesur l'Irak
- Evolution du face à face France-Allemagne /Etats-Unis
- Le développement du conflit au mois d'avril 2003
- Carte de l'Irak




Les derniers développements du conflit sur l'Irak avant l'intervention anglo-américaine


7-8 avril 2003 - Le Ministre allemand des affaires étrangères Joschka Fischer en déplacement au Proche Orient


Lundi 7 avril 2003: Joschka Fischer s'est entretenu avec Ariel Sharon, le Premier ministre israélien mais aussi avec le Ministre des affaires étrangères, Sylvan Shalom, et le chef du parti travailliste, Amram Mitzna.

Le Porte parole du gouvernement israélien a déclaré préalablement à cette visite: "Nous voulons entendre le point de vue des Européens et celui de l'Allemagne sur la relance du processus politique avec les Palestiniens, et lui ferons part de notre inquiétude sur le lien établi entre le règlement de la crise irakienne et celui du conflit israélo-palestinien".

La visite de J. Fisher s'inscrit dans la perspective de la prochaine publication de la "feuille de route" concernant le règlement du conflit israélo-palestinien, qui avait été finalisée le 20 décembre 2002 et du travail accompli par le Quartette pour le Proche-Orient (USA, Russie, Union européenne, Onu); le Ministre allemand devait recueillir les observations israéliennes à propos de ce document (au nombre de 15) qui prévoit la création d'un Etat palestinien d'ici 2005 (ce plan prévoit entre autre le gel de la colonisation juive dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, le démantèlement de points de colonisation sauvage qu'Israël conditionne au démantèlement des organisations terroristes palestiniennes).
Mardi 8 avril 2003: le Ministre des affaires étrangères allemand a rencontré Shaoul Mofaz, le Ministre israélien de la défense, et s'est exprimé devant la Commission parlementaire israélienne des Affaires étrangères et de la Défense.
Joschka Fischer doit se rendre mercredi 9 avril 2003 en Cisjordanie pour rencontrer des dirigeants palestiniens: le Premier ministre récemment désigné Mahmoud Abbas (Abou Mazen) et Salam Fayad, le Ministre des finances.

--------------------

5 avril 2003 - L'UE souhaite présenter une position commune à propos de la reconstruction de l'Irak

Les ministres des finances de l'Eurogroup réunis en Grèce ont souhaité parler d'une seule voix à propos de la reconstruction d l'Irak et sur les moyens de faire face aux conséquences économiques négatives de la guerre: "En parlant d'une seule voix l'Europe pourra renforcer sa position et rendre plus efficace la reconstruction" (Nicos Christodoulakis, ministre grec des Finances); ils ont néanmoins déclaré que la priorité actuelle était d'ordre humanitaire.
Hans Eichel, le Ministre allemand des finances, a profité de l'occasion pour exprimer la volonté de son pays de voir le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale jouer "un rôle" dans la reconstruction de l'Irak (cette proposition a été appuyé par le Ministre espagnol des finances, Rodrigo Rato); ainsi, l'ONU doit avoir une place dans le financement de la reconstruction du pays.
Les ministres des finances ont également exprimé leurs "inquiétudes" face "au doubles déficits budgétaires et extérieurs des Etats-Unis".
Enfin, les ministres se sont voulus rassurants concernant l'économie européenne qui selon eux "(...)ne sont confrontées ni à un risque de déflation, ni à un risque d'inflation".

--------------------

5 avril 2003 - La France et la Russie réaffirment leur volonté de voir l'ONU jouer un rôle central dans le réglement de la crise en Irak

Un communiqué du Kremlin rapporte que les Présidents Chirac et Poutine ont eu ce jour un entretien téléphonique à l'occasion duquel ils ont réaffirmé la nécessité pour l'ONU de jouer un rôle central dans le cadre de la crise irakienne.
Le communiqué relate que les deux responsables politiques ont "accordé les approches de leurs pays quant au rôle de l'ONU dans le règlement de la crise irakienne et des problèmes humanitaires en Irak" tout en soulignant "(...)la nécessité pour la communauté internationale de continuer à travailler en coopération dans l'intérêt de la paix et de la sécurité au Proche Orient".
Cet entretien à l'initiative de la France avait lieu le lendemain de la rencontre à Paris des chefs de la diplomatie français, allemand et russe au sujet de la crise en Irak.

--------------------

4 avril 2003 - Au terme d'une réunion tripartite à Paris, les représentants de la diplomatie française, allemande et russe demandent l'arrêt des hostilités en Irak et l'attribution d'un rôle central à l'ONU dans la gestion de l'Irak

Lors d'une conférence de presse commune organisée au terme d'une réunion tripartite entre Dominique de Villepin, Joschka Fischer et Igor Ivanov à Paris, le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré: "Il faut aujourd'hui insister sur l'arrêt le plus rapide des hostilités. (...) Nous adressons ces paroles à nos partenaires (américains) avec qui nous maintenons le dialogue car la fin de la guerre ne peut que profiter à tout le monde. (...) Nos efforts visent avant tout à arrêter la guerre et à résoudre les problèmes humanitaires"; ce dernier a placé l'arrêt des hostilités au rang de priorité.
Le Ministre français des affaires étrangères a estimé pour sa part que l'ONU devait désormais jouer un rôle central, "notamment sur le plan humanitaire", repris sur ce point par le Ministre allemand qui a observé "une très grande convergence de vue sur le rôle central de l'ONU".
Par ailleurs, Dominique de Villepin a fait part de leurs préoccupations face à la situation humanitaire de l'Irak: "Nous avons tous conscience que nous sommes dans une crise ouverte en Irak avec tous les drames que cela implique. (...) La première urgence est humanitaire (...) toute perspective sur l'avenir de l'Irak doit prendre en compte l'état de l'Irak après la guerre"; par ailleurs, concernant la reconstruction de l'Irak, le Ministre français a ajouté: "L'Irak n'est pas un gâteau ou un Eldorado à partager".

--------------------

3 avril 2003 - Le secrétaire d'Etat américain Colin Powell a rencontré ses homologues membres de l'OTAN pour discuter de l'après-guerre en Irak

Lors de cette rencontre, les ministres européens ont tous formulé le vœux de voir l'ONU jouer "un rôle central" dans l'après-guerre en Irak.
Ainsi, le Ministre français des affaires étrangères, Dominique de Villepin, avait estimé qu'un "très large consensus" s'était dégagé lors des discussions pour "s'appuyer sur l'ONU" pour gérer l'après-guerre en Irak: "Quand les circonstances le permettront, quand la sécurité le permettra bien sûr, notre conviction c'est que les Nations unies doivent jouer un rôle central (...) tant dans la reconstruction politique que dans la reconstruction économique. (...) Les Nations unies sont la seule organisation internationale qui puisse donner une légitimité à cela".
Mais le secrétaire d'Etat américain Colin Powell a déclaré à la presse: "Je pense que la coalition (américano-britannique) doit garder le rôle principal pour déterminer la voie à suivre. (...) Il y aura sûrement un rôle pour les Nations unies mais la nature exacte de ce rôle reste encore à définir. (...) Nous sommes encore en train d'examiner le rôle qui sera approprié pour l'ONU. Je ne suis pas surpris qu'il n'y ait pas encore de consensus".
Concernant la reconstruction de l'Irak, Colin Powell a également déclaré: "...le travail de reconstruction impliquera que la communauté internationale devra s'unir".











Dec 9, 2004, 15:59


Rechercher :